Jusqu’à quel point puis-je négocier le prix du bien ?

negociation - illustration article

Cela fait des mois voire des années que vous êtes à la recherche d'un bien immobilier. Vous connaissez exactement votre budget. Une ou plusieurs affaires vous sont passées sous le nez. Et là, vous avez finalement trouvé le bien qui correspond à vos critères.

Vous êtes décidé, mais votre bon sens vous dit que le prix affiché est trop élevé.

Vous vous demandez comment négocier le prix ?

Cet article est pour vous.

La justesse du prix affiché

Votre marge de négociation dépend en très grande partie de la justesse du prix qui est affiché. Si vous êtes activement à la recherche d’une villa ou d’un appartement dans cette région, vous en aurez déjà visité plusieurs. Peut-être même beaucoup.

Toutes les visites que vous avez effectuées vous ont donné une bonne connaissance du marché de cette région.

Intuitivement, vous savez maintenant reconnaître une « bonne affaire », une affaire équitable et un prix de vente qui est en décalage avec le marché.

Et pour en avoir le cœur net, vous devez faire votre propre estimation.

Votre estimation

Votre estimation passe par le fait de comparer des choses comparables. Utilisez votre connaissance du marché pour faire votre propre estimation.

Une estimation inclut des éléments objectifs tels que les surfaces, l’année de construction, l’état d’entretien, le besoin de rénovations, etc.

Votre estimation va également inclure des éléments subjectifs en fonction de la qualité de vie que cet achat va vous procurer.

L’estimation de la banque

Vous pourriez vous tromper dans votre estimation. Une autre sécurité est l’estimation de la banque.

Si vous êtes prêt à acheter ce bien, votre banque ou votre courtier en hypothèque en fera sa propre estimation pour financer l’achat.

Si cette estimation est similaire au prix affiché, il sera sans doute vain d’essayer de négocier fortement le prix.

Si en revanche votre estimation et celle de la banque sont toutes les deux beaucoup plus basses, vous avez un premier élément de réponse à la question « À quel point puis-je négocier le prix du bien ? ».

Ne tombez pas dans les pièges coûteux !

Découvrez les 9 erreurs fatales à éviter ABSOLUMENT lors de l’achat d’un bien immobilier. Téléchargez notre guide offert et faites des choix judicieux pour votre investissement.

J’obtiens mon exemplaire !

L’état du bien

Le prix demandé doit être en rapport avec l’état de vétusté du bien. Certains professionnels estiment correctement les prix.

Malheureusement, certains courtiers peu expérimentés acceptent de mettre en vente à des prix en décalage avec le bon prix du marché.

Le même phénomène s’observe avec les particuliers qui mettent en vente sans passer par une agence. Les prix sont assez souvent (mais pas toujours) surévalués par rapport à l’état du bien.

L’idée de base est que le prix d’achat plus les frais de remise à neuf ne devraient pas excéder le prix d’un objet neuf dans cette région.

Donc si le prix proposé tient correctement compte des travaux à faire, une négociation agressive risque de vous faire perdre l’affaire.

Si en revanche le prix proposé ne prend pas correctement compte des frais de remise à neuf, alors une négociation sera nécessaire pour tenir compte de ce paramètre.

La concurrence

Ici, lorsque je parle de concurrence, je parle bien des autres acheteurs qui pourraient s’intéresser au bien que vous convoitez.

Là aussi, c’est votre propre connaissance du marché local qui va vous venir en aide. Dans certaines zones, pour tout bien mis en vente, il y a 10 acheteurs potentiels (marché très tendu). Dans d’autres régions, il y a plus de biens en vente que d’acheteurs potentiels.

Si la concurrence est rude et que le prix est juste, ne tentez pas de négocier. Un autre acheteur fera une offre au prix.

Si en revanche le marché est détendu et que le prix semble un peu gonflé, tenter une négociation serait intelligent.

Le type d’agence

La grande majorité des agences immobilières ou des courtiers sont rémunérés par une commission sur le prix de vente. Leur mission devrait être la défense des intérêts des propriétaires.

Mais il existe un autre type d’agence dite « au forfait » ou « à zéro commission ». Ce type d’agence low cost touche un forfait fixe pour ses prestations, quel que soit le prix de vente.

Le prix sur lequel les parties se mettent d’accord n’a pas d’incidence sur sa rémunération.

Ce type d’agence préconise souvent de soumettre une offre plus basse. C’est normal, elle n’a aucune motivation pour défendre les intérêts du vendeur.

Dans ce cas, tout en tenant compte des conseils précédents, vous pourriez tenter le coup de soumettre une offre plus basse, si le propriétaire a confié la vente à une agence sans commission.

Le projet des vendeurs

Un autre élément clé est le projet des vendeurs. Les vendeurs peuvent vouloir vendre rapidement pour réaliser un projet de vie qui leur tient à cœur.

Ou à l’inverse, les vendeurs peuvent avoir une attitude très flegmatique du genre « Si on m’en donne tant, alors je veux bien vendre… ».

Questionnez-les. Obtenez des informations. Discutez avec les vendeurs. Il se peut même qu’ils admettent avoir accepté d’afficher un prix trop élevé sur base des mauvais conseils d’une agence.

Depuis quand le bien est-il en vente ?

Un élément factuel est la durée de mise en vente. Les biens atypiques peuvent nécessiter plus de temps pour trouver un acquéreur.

Mais une villa individuelle ou une villa jumelée bien entretenue, dans une zone proche d’une ville, ne va pas rester plus de 4 ou 5 semaines sur le marché si elle est proposée à un prix correctement calculé.

Si le bien est en vente depuis plusieurs mois, vous avez un autre élément de réponse concernant la négociation possible.

Dans ce cas, n’hésitez pas à demander quelles offres ont déjà été faites, et alignez votre offre en fonction de cela.

Votre projet

Votre attitude en tant qu’acheteur peut également varier en fonction des paramètres de ce bien spécifique.

Si, par exemple, le bien est vétuste, mais qu’il est juste à côté de l’école et proche de votre travail, et que plein d’autres arguments font que vous ne voulez pas rater cette affaire, vous pourriez ne pas vouloir en négocier le prix, ou très peu.

Mais si le bien correspond plus ou moins à vos critères, sans plus, faites une offre en partant du principe suivant : si les vendeurs acceptent, nous seront contents ; si les vendeurs refusent, on passera au suivant sans trop de regret.

“L’ANNONCE” : VOTRE COMPAGNON POUR UN ACHAT IMMOBILIER ZEN !

Pourquoi stresser ? Anna est là pour vous montrer la voie. Obtenez instantanément ses astuces exclusives pour transformer votre achat immobilier en une expérience sereine.

Je veux mes conseils gratuits !

La théorie de l’élastique

N’avez-vous jamais testé la résistance d’un élastique ?

Vous savez qu’à force de tirer de plus en plus fort, il va casser entre vos doigts.

Mais pour savoir jusqu’où vous pouvez titrer, il faut en faire l’expérience. Le problème est qu’une fois que vous avez votre réponse, l’élastique est foutu ! 

Le même problème se pose en cas de négociation.

Vous ne savez tout simplement pas jusqu’où vous pouvez tirer. Mais une fois la limite franchie, il sera très difficile voire impossible de revenir en arrière.

Chaque cas de figure est différent. C’est à vous de percevoir les éléments de la situation en collectant un maximum d’informations.

Et si jamais vous n’êtes pas spécialiste des élastiques, cela fonctionne de la même manière avec des ballons à gonfler.

Qui doit avoir le dernier mot

En fonction de la personnalité des vendeurs, il peut être important de leur laisser le dernier mot. De nouveau, c’est à vous de jauger l’attitude des vendeurs.

Mais il serait bête de rompre une négociation tout simplement parce que vous avez voulu obtenir le dernier mot, alors que ce n’était pas vraiment nécessaire.

Que devez-vous retenir de cet article

Certains biens sont proposés à un juste prix. D’autres sont proposés à des prix en décalage complet avec la réalité du marché. La marge de négociation dépend de la justesse du prix affiché.

Si le prix affiché est correct, ne tentez pas de négocier.

Si le prix est surfait, faites une offre en fonction de votre connaissance du marché.

Si votre offre est raisonnable, tout comme les vendeurs, l’affaire pourra se concrétiser.

Vincent Grognard

Directeur général
Courtier avec Brevet Fédéral

Boîte à idée

Une idée d’article, un question à laquelle vous aimeriez une réponse ?

Partager cet article

2 réponses

  1. Bonjour,

    Merci beaucoup pour votre article, j’aurais une question concernant la négociation, est-ce qu’on peut négocier fort si le prix de l’estimation de la banque est en décalage avec le prix de vente affiché ?, le vendeur m’a dit soit la vente se passe bien et ils auront du plaisir à nous remettre les clés soit ils nous jettent les clés à la figure (façon de parler).
    Merci infiniment

    1. Bonjour,

      C’est délicat de vous fournir une réponse. Les estimations des banques peuvent varier fortement de l’une à l’autre. Le mieux est de déterminer pour vous-même quel est le prix que vaut ce bien à cet endroit-là, avec ces qualités et ses défauts.

      Aimeriez-vous habiter là ? Quelle satisfaction allez-vous retirer de cet achat ? Quelle somme est nécessaire pour remettre ce bien à neuf ? Combien les biens neufs similaires se vendent-ils dans la région, etc. Tous ces éléments sont, selon moi, plus importants que la valeur qu’une seule banque estime.

      Avec mes meilleures salutations,

Laisser un commentaire

Ces articles
pourraient vous intéresser

Boîte à idée

Entrez votre adresse e-mail et le/les sujet(s) que vous aimeriez que nous abordions.